Réforme de l'AVS : un oui de justesse poussé par le pragmatisme | gfs.bern

Réforme de l'AVS : un oui de justesse poussé par le pragmatisme

26.09.2022 | Lukas Golder, GFS Bern

La réforme de la prévoyance vieillesse est acceptée d’extrême justesse. L’approbation confortable du début s’est progressivement effritée au cours de la campagne de votation. Cette tendance était prévue dans les sondages préliminaires.

Cette évolution a été déclenchée par les femmes et par la Suisse romande et italienne. La mobilisation probablement supérieure à la moyenne et qui s’est accrue au cours de la campagne de votation a encore légèrement renforcé cette tendance jusqu’à la fin. Au cours des 20 derniers jours, le camp adverse (critique envers les autorités) a réussi à marquer davantage le débat de son empreinte. La question du relèvement de l’âge de la retraite des femmes a été au centre des débats et a été de plus en plus considérée comme une réforme unilatérale.

Les projets AVS ont traditionnellement du mal à passer la rampe des urnes. Certes, il existe un large consensus sur l’urgence d’agir pour la Suisse dans son ensemble – mais au niveau individuel, chacun calcule toujours ce qu’une réforme signifie pour son propre porte-monnaie et pour sa sécurité à la retraite. Le « oui » d’aujourd’hui est symbolique de cette dualité. C’est un « oui » pragmatique, pas un « oui » enthousiaste. Et : une certaine méfiance à l’égard du Parlement et des prochaines étapes de la réforme a sans doute aussi contribué à ce résultat serré. Des nuances subtiles sont déjà importantes lors d’un résultat aussi serré : Le fait que le Conseil des États ait freiné les débats sur la réforme de la LPP peu avant le vote a sans doute attisé cette méfiance et fait le jeu des opposants à la réforme.

Le fait que le financement additionnel ait obtenu un meilleur résultat dans les urnes que le projet de réforme lui-même est probablement l’expression du fait que la population voit bien la pression du problème sur cette question et qu’elle est disposée à payer pour un assainissement, mais qu’elle est aussi consciente que celui-ci ne doit pas se faire sur le dos de certains groupes de population (notamment les femmes).

?>
?>

Vous avez des questions sur cet article ? Contactez notre expert(e) pour connaître le contexte, la contextualisation ainsi que les méthodes et modèles utilisés.

Lukas Golder

Lukas Golder

Co-directeur